Discours de Luis Ayala, Secrétaire Général de l’Internationale Socialiste

Réunion Régionale Afrique de l’IS des Femmes à Niamey, au Niger

29 October 2019

Cher Président du PNDS-Tarraya, Mohamed Bazoum

Chère camarade Hadizatou Ousseini, Présidente de l’Organisation des Femmes Tarayya

Chère Présidente de l’Internationale Socialiste des Femmes, Ouaffa Hajji Chère

Vice-présidente de l’Internationale Socialiste, Chantal Kambiwa

Dirigeants des organisations membres de l’IS des Femmes et Représentants d'organisations internationales et régionales

Experts et invités

Camarades et amies de l’Internationale Socialiste des Femmes, et de notre grande famille politique de l’Internationale Socialiste

Je suis très heureux de vous rencontrer ici au Niger accueilli par le parti membre de l’Internationale Socialiste, le PNDS-Tarraya, présidé par Mohamed Bazoum, un camarade qui se consacre à cent pour cent aux idéaux et aux valeurs qui nous unissent, et dont nous sommes fiers.

Nous sommes honorés du travail accompli par Son Excellence Président Issoufou, que j'ai eu le privilège de connaître il y a longtemps dans les combats pour ouvrir la voie à la démocratie contre l'autoritarisme, dans la lutte pour la liberté, pour les droits de tous, et dans la lutte contre la pauvreté. En effet, notre mouvement dans son ensemble, est devenu l'architecte des nouvelles démocraties en Afrique, comme l’a été aussi dans tant d’autres endroits du monde.

Nous sommes heureux de voir lors de cette visite les progrès réalisés pour le Niger et le peuple nigérien au cours des dernières années, réalisés par Son Excellence Président Issoufou.

Président Issoufou est devenu le symbole de la bonne gouvernance, un homme qui représente les valeurs de notre mouvement, un homme d'État, qui a placé au centre de sa gestion le véritable intérêt de son peuple, à savoir une gestion moderne et cohérent, et est devenu pour nous tous un exemple à suivre.

Nous avons pleinement confiance en l'avenir du Niger avec des dirigeants tels que Mohamed Bazoum qui poursuivront l'exemple et la vision de notre cher Président Issoufou.

Dans la vie de notre mouvement, la lutte des femmes pour l'égalité a sa propre histoire et va de pair avec la conquête de la démocratie. Parce que la qualité de la démocratie est déterminée non seulement par leurs institutions, mais également par la mesure dans laquelle les différents secteurs de la population participent à ces institutions.

Une condition de la démocratie est que l’intérêt et la voix des citoyens puissent être entendus. Les femmes représentent la moitié de la population. Par conséquent, l'autonomisation des femmes et l'égalité des sexes sont des éléments clés de la démocratie. De la même manière, les femmes ont besoin de démocratie pour modifier le système et les lois qui les excluent et les discriminent, et pour permettre aux sociétés de réaliser l'égalité.

 

Pour ne mentionner que quelques aspects touchant les femmes, par exemple :

En ce qui concerne la participation des femmes à la vie politique: l’organisation ONU Femmes indique que seulement 24,3% des parlementaires nationaux étaient des femmes en février 2019, soit une lente augmentation de 11,3 pourcent en 1995. En juin de cette année, seules 11 femmes occupaient la responsabilité de chef d’État et 12 occupaient les fonctions de chef du gouvernement. Cependant, un pays africain comme le Rwanda compte le plus grand nombre de femmes parlementaires au monde, où elles occupent 61,3% des sièges de la Chambre basse.

 

Sur les femmes et la pauvreté: Selon l’ONU Femmes et le Forum Économique Mondial : Les femmes gagnent entre 10 et 30 pourcent de moins que les hommes, ce qui entraîne une incidence plus élevée de pauvreté pour les femmes.

Les femmes des zones rurales africaines consacrent 40 milliards d’heures par an à la recherche de l’eau. L’espérance de vie des femmes vivant dans la pauvreté est inférieure de 19 ans à celle des femmes des pays à revenu élevé.

 

Au sujet de la Violence contre les femmes:

Selon la Banque Mondiale, dans le monde, 35% des femmes ont été victimes de violences physiques et / ou sexuelles.

200 millions de femmes ont subi des mutilations génitales féminines.

Dans certains pays, la violence à l'égard des femmes coûterait aux pays jusqu'à 3,7% de leur PIB, soit plus que la plupart des gouvernements dépensent pour l'éducation.

 

Sur la discrimination de genre sur le lieu de travail:

La Banque Mondiale rapporte aussi que sur 187 pays, seuls 6 ont obtenu des droits égaux en matière de travail pour les femmes comme pour les hommes, que les femmes sont globalement moins bien payées que les hommes, et que la fracture numérique reste une question de genre. La plupart des 3,9 milliards de personnes hors ligne se trouvent dans des zones rurales, plus pauvres, moins éduquées et sont généralement des femmes et des filles.

Selon l’ONU Femmes, à l'échelle mondiale, plus de 2,7 milliards de femmes ne sont légalement pas autorisées à exercer le même choix d'emplois que les hommes.

Sur 189 économies évaluées en 2018, 104 ont toujours des lois interdisant aux femmes d'exercer des emplois spécifiques.

59 économies n'ont pas de loi sur le harcèlement sexuel sur le lieu de travail et dans 18 économies, le mari peut légalement empêcher le travail des femmes.

 

Femmes et conflits: Selon ACLED et l'organisation ‘Peace Direct’, les femmes sont souvent les plus touchées par les conflits, elles sont souvent la cible de violences sexuelles et constituent souvent la majorité des victimes de la guerre. Mais les femmes jouent un rôle clé dans la lutte pour la paix. Quand les hommes en âge de combattre ont pris la méfiance, les femmes deviennent le chef de ménage, les conservateurs de la communauté et les reconstructeurs de l'économie. Les femmes sont également des bâtisseurs de paix hautement efficaces, si l'occasion se présente.

Les femmes représentent 80% des personnes qui doivent fuir leur maison.

La Déclaration de Beijing de 1995 a fait des femmes et des conflits armés l’un des 12 domaines de grave préoccupation.

 

Les femmes et l'économie : Selon l’ONU Femmes, lorsque davantage de femmes travaillent, les économies se développent. L’autonomisation économique des femmes stimule la productivité, accroît la diversification économique et l’égalité des revenus, ainsi que d’autres résultats positifs en matière de développement.

Donner aux femmes les moyens de participer sur un pied d’égalité à l’économie mondiale pourrait générer une croissance du PIB de 28 000 milliards de dollars d’ici 2025. (Forum Économique Mondial)

 

Les femmes et la terre: Selon le Forum Économique Mondial, les femmes possèdent moins de 20% des terres du monde. La propriété des terres est essentielle à l'autonomisation sociale et économique. La terre et la propriété peuvent constituer jusqu’à 75% de la richesse d’une nation. Pourtant, les trois quarts de la population mondiale ne peuvent prouver qu’ils sont propriétaires de la terre sur laquelle ils vivent ou travaillent. En fait, 90% de toutes les terres africaines sont encore complètement sans papiers.

Les agricultrices n'ont pas les mêmes droits de posséder des terres dans plus de 90 pays.

 

Les femmes et l’environnement: Selon le réseau environnemental des femmes, les femmes sont touchées de manière disproportionnée par le changement climatique. Les catastrophes naturelles et les pénuries de ressources dues au changement climatique ont frappé les communautés pauvres, les pires et les plus graves. Les femmes représentent environ 70% des personnes vivant sous le seuil de pauvreté dans le monde.

 

Les filles: Selon le Forum Économique Mondial, dans le monde, 12 millions de filles se marient avant l'âge de 18 ans, et 33 000 filles mineures sont mariées chaque jour.

L’ONU Femmes informe que sur les 126 millions de jeunes dans le monde qui ne possèdent pas les compétences de base en alphabétisme, plus de 60% sont des filles.

 

Les objectifs de développement durable sont véritablement prometteurs pour intégrer les avancées dans les droits des femmes et incluent un objectif spécifique (objectif 5) pour l’égalité des sexes. Il comprend, entre autres, des objectifs tels que l’élimination de la violence basée sur le genre, l’élimination du mariage des enfants et des mutilations génitales féminines, l’égalité d’accès à l’éducation, l’élargissement des perspectives économiques des femmes et la réduction du fardeau des soins non rémunérés pour les femmes et les filles.

Pour nous, socialistes et sociaux-démocrates, membres de l'Internationale Socialiste, notre seul chemin, conforme à nos principes et à nos valeurs, consiste à s'engager et à jouer un rôle de premier plan pour mettre fin à tous ces domaines d'inégalité, d'injustice, de violence à l'égard des femmes et faire de la démocratie une véritable démocratie par l'intégration des femmes dans des conditions d'égalité dans la vie politique, économique et sociale.

Les droits des femmes sont des droits humains.

Depuis quelques années, nous n'avons pas avancé autant que nous le voudrions dans certaines endroits. Cependant, il ne serait pas possible de s’appeler socialiste autrement.

Les objectifs de développement durable sont des objectifs socialistes et sociaux-démocrates. L'engagement pris au dernier congrès de l'Internationale Socialiste de parité hommes-femmes et de réaliser un monde à 50/50 non seulement au sein de notre organisation, mais également dans nos sociétés, ne peut être différé.

C'est réalisable et nous pouvons y arriver ensemble.

 

Bon travail et succès !

You are currently offline. Some pages or content may fail to load.